e-FEMME

HOROSCOPE

BALANCE
23 SEPT-23 OCT

 

CROQUETTES DE CAROTTES
Notez cet article
(0 Votes)

Triplex parisien minimaliste

Triplex  parisien  minimaliste © Francis Amiand.


Repenser entièrement cet appartement situé dans un immeuble haussmannien du XIXème siècle, à deux pas du Jardin du Luxembourg, une aubaine pour le couple de designers Hélène et Olivier Lempereur! Imaginez un duplex dominant les toits de Paris avec une vue époustouflante sur la Tour Eiffel. Des volumes qui donnent le tournis et surtout de multiples portes fenêtres qui sont autant de sources de lumière naturelle. Le tout resté dans son jus depuis près de 30 ans.
 

Pour les propriétaires, donner carte blanche à Hélène et Olivier Lempereur pour la réhabilitation de cet appartement était une évidence puisque le tandem de créateurs avait déjà décoré avec brio leur hôtel particulier parisien.

Il faut dire que travailler en couple a des avantages; l’échange s’établit, la pensée s’enrichit et l’imagination devient prolifique. Alors qu’Hélène excelle dans le choix des matières, la gestion de la lumière et possède un goût pointu dans le domaine de l’art, Olivier, en passionné d’ébénisterie, conçoit des pièces de mobilier aux lignes harmonieusement épurées. Une collaboration riche en échanges qui se traduit par des intérieurs où l’harmonie et l’élégance prédominent.

La première étape du chantier a consisté à repenser l’espace afin que celui-ci convienne à la vie familiale des futurs occupants. De duplex, l’appartement s’est transformé en triplex après que les chambres de service situées sous la charpente aient été intégrées dans l’espace à vivre constitué de l’univers des parents, du coin des enfants et surtout d’un séjour à l’imposante hauteur sous plafond.

Le parquet en point de Hongrie, les murs blancs et les plafonds moulurés sont les seuls codes relatifs à l’époque haussmannienne. Pour le reste, c’est le minimalisme qui l’emporte; mobilier monochrome déclinant différents tons de gris. Monotone direz-vous? Pas du tout! Les créateurs ont misé sur la lumière naturelle en journée et sur celle chaleureuse et diffuse des luminaires en soirée. D’ailleurs, le choix des suspensions lumineuses a été conditionné par l’ampleur des volumes; trois suspensions INEDIT «Moare» occupent l’espace avec leurs formes ovoïdes qui ne sont pas sans rappeler la fenêtre «œil de bœuf» à travers laquelle on aperçoit la Tour Eiffel.
Au même niveau que cette fenêtre ovale, des ouvertures ont été réalisées afin que l’étage supérieur où se trouvent les chambres bénéficie de la luminosité de la salle de réception.

L’unique touche de couleur dans le salon consiste en une œuvre de l’artiste Pascal Pinaud intitulée «Rowan Red Skoda». Un tableau dont le vernis reflète le paysage que l’on aperçoit à travers les fenêtres. Face à celles-ci, une bibliothèque réalisée sur mesure en bois de sycomore teinté gris arbore une série de sculptures baptisées «Crossover II - Mouvements Modernes» par l’artiste Matthew Chambers.

Dans la salle à manger, la cheminée en pierre signée Pietra Serena jouxte une cave à vin. Une salle à manger ouverte sur la cuisine dans les mêmes tons gris que le séjour si ce n’est qu’ici le rouge carmin s’impose avec un éclatant plan de travail en pierre de lave émaillée.

Pour accéder à l’attique qui abrite les chambres et les salles de bains, il faut emprunter un élégant escalier en bois de chêne.

La chambre parentale est d’une simplicité quasi monacale: tonalités neutres pour le linge de lit, le tapis et le mobilier ainsi que la tête de lit en cuir clair qui se détache sur le panneautage en bois de sycomore sombre.

Là où les designers ont fait preuve d’ingéniosité c’est indéniablement dans la salle de bains. Ils ont profité des mansardes pour y intégrer des étagères et des rangements ou encore placer dans l’axe d’une des parois mansardées la baignoire où, bien évidemment, on est rarement debout.
Quant au lavabo il a été placé à dessein devant la fenêtre afin que l’on puisse faire sa toilette en admirant la vue magnifique sur Paris et la Tour Eiffel au loin, mais également se maquiller à la lumière du jour. Pour ce faire, le miroir pivotant a été placé sur le côté.

Trois niveaux pour trois univers à la fois différents mais qui partagent la même élégance et le confort d’un intérieur typiquement parisien.
 

R.C.

 

 

Lu 2362 fois
Plus dans cette catégorie : « Comme dans un palace Fontevraud »

Laissez un commentaire

(*)Mentions obligatoires

captcha...

Editorial

Beyrouth fait quand même rêver

Quoi de neuf à Beyrouth?

La question porte à réflexion. Elle laisse plutôt perplexe.