e-FEMME

HOROSCOPE

VIERGE
24 AOÛT-22 SEPT

 

SALADE DE HARICOTS VERTS AU FOIE GRAS
Notez cet article
(0 Votes)

Comme dans un palace

Dans la salle de séjour, canapés ADL, fauteuils Fendi et tapis Tai Ping dessiné par Stéphanie Coutas. Dans la salle de séjour, canapés ADL, fauteuils Fendi et tapis Tai Ping dessiné par Stéphanie Coutas. © Francis Amiand.



Stéphanie Coutas a toujours été habituée à fréquenter les célébrités et les puissants de ce monde. Élevée en Asie, elle a également vécu sous d’autres horizons dans une atmosphère pour le moins glamour. Une vie nomade qui lui a permis de développer son goût du luxe et du raffinement.

 

Après avoir travaillé dans l’univers de la mode, la créatrice a choisi de se consacrer à son autre passion; la décoration. Fondatrice il y a près de dix ans de l’agence de design 1001 Maisons, Stéphanie Coutas a à son actif l’aménagement de projets aux quatre coins du monde parmi lesquels une villa au Caire, un palais au Moyen-Orient, la rénovation d’un luxueux hôtel datant du XVème siècle en Bourgogne. Elle s’est également vu confier l’aménagement des suites de prestige du paquebot Le France.

C’est tout naturellement que cette actrice new-yorkaise lui a confié la décoration de son pied-à-terre parisien de 215 m2 situé dans un immeuble haussmannien cossu à deux pas des Champs-Élysées et de l’avenue Montaigne.

La designer a tout d’abord pris en compte l’image que sa cliente et amie se faisait de Paris mais également son souhait de retrouver les codes de l’hôtellerie de luxe auxquels elle a été habituée lors de ses fréquents déplacements.
Un équilibre qu’elle a pu atteindre en tempérant quelque peu l’austérité du style haussmannien et en introduisant des éléments favorisant le confort dans une ambiance agréable et cosy.

 

Lu 2011 fois

Laissez un commentaire

(*)Mentions obligatoires

captcha...

Editorial

Pas d’eau, pas de lumière, pas d’oxygène

Avec ses 2000 sources et ses 40 cours d’eau dont 16 fleuves, le Liban est (plutôt était) connu pour être un pays béni des dieux en matière de ressources hydrauliques. À un point tel qu’on l’avait surnommé “le château d’eau du Moyen-Orient”. Mais hélas! Autre temps, autres mœurs!